Plan d’épargne retraite populaire (PERP)

1. "L’essentiel en un clin d’œil"

“Qu’est-ce que c’est ? ” Le PERP est un instrument d’épargne à long terme spécifiquement destiné aux personnes qui souhaitent compléter leur retraite. Il existe une grande variété de PERP dont les conditions sont très variables, notamment au niveau des formules proposées (PERP en euros diversifiés, PERP à points, etc.) et des modalités de versements (libres ou programmés).

“A quoi cela sert-il ? ” À se constituer un complément de retraite qui sera versé, sauf exception, sous forme de rente (viagère ou avec annuités garanties) au moment du départ à la retraite.

“Dans quel contexte peut-on ou doit-on l’utiliser ? ” Compte tenu de sa finalité, le PERP peut trouver sa place en l’absence d’autres solutions déjà prises en matière de retraite (assurance-vie ou régime de retraite dans le cadre de l’entreprise, par exemple).

“Quels en sont les avantages ? ” Les versements effectués sur un PERP sont déductibles du revenu global dans une limite annuelle de 10 % des revenus nets professionnels (ou 10 % du plafond annuel de la Sécurité sociale si votre rémunération est inférieure à ce montant). Il convient de noter toutefois que toutes les autres solutions retraite qui pourraient être prises par ailleurs doivent être intégrées dans cette limite déductible (adhésion à un contrat collectif dans le cadre d’une entreprise, un contrat facultatif type PREFON ou encore un contrat Madelin, par exemple).

Le PERP bénéficie d’une garantie de gestion sécurisée au fur et à mesure que se rapproche la date de l’entrée en retraite.

En cas de décès avant la retraite, votre capital n’est pas perdu. Un ou des bénéficiaires que vous aurez désignés pourront percevoir une rente. De même, en cas de décès pendant le service de la rente, des solutions de pensions de réversion en faveur du conjoint sont possibles (généralement, 60 ou 100 %).

“Y a-t-il des précautions d’emploi ? ” Vous immobilisez votre argent sur une période plus ou moins longue puisque l’épargne investie sur un PERP est normalement bloquée jusqu’à l’âge de départ à la retraite. Faire un diagnostic patrimonial et/ou un diagnostic retraite peut s’avérer indispensable avant de signer un PERP.

La loi autorise quelques cas de déblocage anticipé de l’épargne investie sur un PERP : l’invalidité, l’expiration des droits à l’assurance chômage en cas de licenciement, la cessation d’une activité non salariée à la suite d’un jugement de liquidation judiciaire et les situations de surendettement (sur demande adressée à l’assureur soit par le président de la commission de surendettement, soit par le juge). En dehors de ces cas, le fisc a la possibilité de remettre en cause la déductibilité des primes que vous avez obtenue.

Le PERP permet uniquement une sortie en rente à l’échéance du contrat, une solution contraignante mais qui peut éviter la dilapidation rapide d’un capital. Par exception, un versement sous forme de capital est autorisé lors du dénouement du contrat, autrement dit, lors du départ à la retraite :

  • dans la limite de 20 % de la valeur de rachat du contrat,

  • ou si la rente viagère est inférieure à 40 €,

  • ou encore si le capital est utilisé pour l’acquisition de la résidence principale.

“Combien ça coûte ? ” La détention d’un PERP engendre des frais sur versements, des frais de gestion, des pénalités en cas de transfert du plan d’un établissement à l’autre et des frais lors du versement de la rente.

Compte tenu de la déductibilité des primes, la rente viagère versée à compter de l’entrée en retraite est imposable à l’impôt sur le revenu selon les mêmes modalités qu’une pension de retraite.

 

2. Un exemple d’utilisation

Vous venez juste d’avoir 30 ans et la retraite est un sujet qui commence à vous préoccuper même si vous ne voulez pas pour autant mobiliser toute votre épargne pour cela.

Vous souscrivez un PERP pour lequel vous consacrez pour le moment 50 € par mois.

Vous percevez un salaire net de frais professionnels de 26 500 €. En 2016, votre plafond individuel de déduction est de 3 804 € (soit 10 % du plafond annuel de la Sécurité sociale de 2015).

Compte tenu de votre taux marginal d’imposition (14 %) et de la somme investie (600 € pour l’année), vous faites ainsi une économie de 84 €.

Si vous perceviez un salaire net de frais professionnels de 50 000 €, compte tenu du taux marginal d’imposition (30 %), l’économie serait de 180 € pour le même montant investi.

 

3. Les 5 points à retenir

  • Le PERP est une solution dédiée à la constitution d’un complément de retraite.

  • Vous investissez normalement sur une longue période : le PERP est un placement bloqué et le choix est, sauf exception, irréversible.

  • La déductibilité fiscale des primes représente un avantage pour les personnes disposant de hauts revenus.

  • La sortie d’un PERP se fait uniquement sous forme de rente fiscalisée, sauf exception.

  • Le PERP bénéficie d’une garantie de gestion sécurisée.

 

© Copyright Editions Francis Lefebvre

Site 1 V2.png
 

 33 (0)4 72 16 33 48

 

 renaud.brunet@citygestion-privee.fr